Algérie: des gardes latéraux tirent à balles réelles sur les passants

#Algérie : Les garde-côtes algériens utilisent leurs armes pour tirer à balles réelles sur les passants. Plusieurs d’entre eux auraient été tués ces dernières semaines. Une vidéo recherchée par le média français Mediapart est suspectée.

Face aux expéditions et aux risques mortels outre-méditerranéens, les jeunes Algériens prennent de plus en plus la mer, notamment le long des côtes espagnoles. Appauvries face au phénomène harraga d’une jeunesse qui ne croit plus en son avenir en Algérie, les autorités algériennes semblent avoir opté pour des mesures fortes afin de dissuader les migrants et surtout les passants. Ainsi, après avoir durci le ton face à la lumière de la migration clandestine de la jeunesse algérienne, désormais, les garde-côtes algériens n’ont trouvé mieux, comme parade pour enrayer ce phénomène, que de faire usage de leurs armes. Ainsi, selon plusieurs sources, ils auraient tué de nombreux passagers lors de leurs embarquements au cours des dernières semaines.

Les médias français Médiapart une vidéo a été obtenue confirmant la véracité de cette information. Elle montre en réalité des garde-côtes algériens tirant à bord de l’embarquement d’un passager rentré en Algérie après avoir été expulsé par des migrants clandestins en Espagne, le 25 avril, sur les rives de la Côte d’Orange. De peur d’être arrêté, il avait refusé de le faire.

>>> LIRE AUSSI : De l’Algérie à l’Espagne, les “harraga” prêts à mourir en mer pour éviter de rester au pays

On peut également voir sur ces images le passant tenter de s’enfuir avant de se retrouver pris dans une corde entre deux bateaux des garde-côtes qui le tirent dessus, au moins quatre fois, sans l’atteindre. Il finit par être appréhendé après que son bateau ait été paralysé par l’un des bateaux.

Cet incident ne semble pas être un cas isolé. “Depuis plusieurs semaines, ils nous tirent dessus”, raconte un passant qui effectuait des allers-retours entre les côtes algériennes et espagnoles, relate Mediapart, expliquant que “ces deux derniers mois, les garde-côtes ont tué trois ou quatre personnes”. entre Corales, Madrague, Cap Falcon et Aïn-Turck (quatre plages oranges). Ils les ont frappés avec des balles de la même manière qu’on voit en vidéo, en direct, devant des gens. »

>>> LIRE AUSSI : Le régime algérien menace l’AFP d’interdire l’exercice sur la base d’un rapport sur “harraga”

Le témoignage d’un pêcheur corrobore également le récit du passant. Comme il l’explique, « ça prend quelques mois qu’ils tirent sur les passants. Vendredi dernier (29 avril), juste avant le coucher du soleil, trois bateaux à passagers se sont échoués et se sont échoués sur le cap Lindles. Deux frégates marines et deux semi-manèges noirs avec des agents spécialisés les ont encerclés en contrebas, se retournant pour provoquer de grosses vagues, puis ils les ont tirés dessus. Il y a eu au moins un blessé et plusieurs pêcheurs ont été témoins des faits. »

Selon un chercheur algérien cité par Mediapart et qui préfère garder l’anonymat, les mesures prises par les autorités ne sont que « la théâtralisation d’une politique sécuritaire face à un nombre croissant de tentatives de départ depuis Oran. Le mur comme les balles ne peuvent être qu’un décor pour les pays d’accueil, les pays du Nord, pour signifier que les mesures sont là, qu’il y a de la répression, mais que les autorités ne peuvent rien faire. Tout s’inscrit dans la logique de l’esthétique de l’accueil ». Et selon le chercheur, ces méthodes utilisées par les garde-côtes ne permettront pas d’endiguer le phénomène, mais risquent de renforcer la misère d’une partie de la population.

>>> LIRE AUSSI : Algérie : Tragédie des Harragas algériens détenus en Espagne et abandonnés par leur pays

Il faut souligner qu’Alger est taquiné par les pays européens pour ne pas en faire assez pour limiter la migration clandestine de sa jeunesse. Et elle a connu une augmentation sans précédent ces dernières années illustrant le malaise social qui guette l’Algérie. Par ailleurs, selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIT), plus de 14 000 clandestins algériens rejoindront l’Espagne en 2021.

.

Leave a Comment