Antiépileptique : définition, liste, effets secondaires

Un antiépiléptique, aussi appelé anticonvulsivant, est un médicament prescrit seul ou en association pour traiter l’épilepsie. Dans quelles autres indications ? Les douleurs ? Migraine? Quels sont ces médicaments ? Commentaire requis-ils et quels sont les risques ?

Définition : c’est quoi un antiépileptique ?

C’est un médicament qui exerce une action sur le système nerveux central pour supprimer ou réduire la survenue de crises d’épilepsie. Un antiépileptique permet également de réduire l’intensité des crises (atténue les symptômes) et limite les complications éventuelles. C’est un traitement de fond administré quotidiennement.

Quel est le mode d’action d’un antiépileptique ?

Un antiépileptique peut présenter un ou plusieurs modes d’action (variante en fonction de la molécule). Ce type de médicament agit sur les neurones via 3 mécanismes d’action possibles :
► Une Activation de la transmission GABAergique par une fixation sur les récepteurs GABA-A pour augmenter le taux d’acide gamma-aminobutyrique (GABA).
► Un blocage de la transmission glutamatergique pour réduire la libération du glutamate.
► Un blocage des canaux sodiques (Na+) et des canaux calciques de type T (Ca2+).
Le GABA est un neurotransmetteur inhibiteur (freine la transmission des signaux nerveux) et le glutamate est un neurotransmetteur excitateur (favorise la transmission de ces signaux).

Indications : quand prendre un antiépileptique ?

Un médicament antiépileptique est principalement indicé chez l’adulte et l’enfant dans le traitement de crises d’épilepsie généralisée (crises, absences) ou associés au Syndrome de Lennox-Gastaut (affection cérébrale rare) et de l’épilepsie partielle. Chez l’enfant, il est prescrit pour préneurir les Crises d’épilepsie liées à la fièvre en l’absence d’efficacité des benzodiazépines.
Certains antiépileptiques ont d’autres indications chez l’adulte :
Traitement des trouble bipolaire en cas de contre-indication ou d’intolérance du lithium (régulateur de l’humeur), mais aussi la prévention des rechutes et des troubles dépressifs associés (Lamictal®, Tégrétol®).
Traitement de fond préventif de la migraine (avec topiramate)
Traitement des douleurs neuropathiques (atteintes des nerfs provoquant des sensations douloureuses, notamment dans le diabète ou le zona) : Tégrétol®, Neurontin®, Lyrica®
Traitement du trouble anxieux généralisé : anxiété excessive (Lyrica®)
Traitement des poussées douloureuses des nerfs trijumeau et glossopharyngien (Di-hydan®, Tégrétol®)
Les benzodiazépines à propriétés antiépiléptiques comme Urbanyl® et Valium® (en gouttes) sont également utilisées pour traiter l’anxiété sévère ou invalidante chez l’adulte.

Quelle est la liste des principaux antiépileptiques en France ?

Les antiépiléptiques de première génération sont les plus anciens, ils regroupent :

  • la phénytoïne (Di-hydan®)
  • l’éthosuximide (Zarontin®)
  • cours barbituriques comme la primidone (Mysoline®), le phénobarbital seul (Gardénal®) ou associé à la caféine (Alepsal®)
  • la carbamazépine (Tégrétol®)
  • valproate de sodium (Dépakine®, Dépakine chrono®, Micropakine®) et ses dérivés (Dépamide® et Dépakote®)

Les antiépileptiques de deuxième génération, qualifiés bien plus tard, sont notamment la la gabapentine (Neurontin®), la lamotrigine (Lamictal®), le topiramate (Epitomax®). Les spécialités dernières mises sur le marché (après 2000) sont classées comme antiépileptiques de deuxième voire de troisième génération Selon les classements :

  • le brivaracétam (Briviact®)
  • l’eslicarbazépine (Zebinix®)
  • le rufinamide (Inovelon®)
  • le lacosamide (Vimpat®)
  • le levétiracétam (Keppra®)
  • l’oxcarbazépine (Trileptal®)
  • prégabaline (Lyrica®)
  • le pérampanel (Fycompa®)
  • le Stiripentol (Diacomit®)
  • le zonisamide (Zonegran®)

Certaines benzodiazépines ont des propriétés antiépileptiques comme le clonazépam (Rivotril®), le clobazam (Urbanyl®) pour les dosages 10 mg et 20 mg, le diazépam (Valium®) en gouttes ou en solution injectable, et le midazolam (Buccolam®). Le choix de la molécule prescrite dépend de plusieurs critères : âge et sexe du patient, type d’épilepsie, effets indésirables, existence d’une maladie associée. En cas d’inefficacité d’un antiépiléptique seul, il est possible de l’associer à un ou plusieurs antiépiléptiques.

Quels sont les antiépileptiques sans ordonnance ?

Tous les antiépileptiques sont disponibles uniquement sur présentation d’une prescription médicale.

Quels sont les effets secondaires des antiépileptiques ?

Les effets secondaires des antiépileptiques sont nombreux et variables selon les molécules. Les antiépileptiques de 1ère génération sont fréquemment responsables des effets suivants :

  • expérimenté du foie (augmentation des enzymes hépatiques)
  • nausée et vomissements
  • maux de tête
  • vertige et somnolence
  • atteinte de la peau (éruptions)

Certains d’entre eux provoquent des troubles visuels qui se caractérisent par une vision floue. D’autres effets sont spécifiques à certains médicaments. C’est le cas de l’hypertrophie gingivale induite par la phénytoïne et la survenue d’œdèmes associés à une prise de poids avec Tégrétol®. Plus rarement avec le valproate de sodium et ses dérivés, des obtenus du foie graves voire des mortelles ont été révélés dans les premiers mois de traitement. Pour cette raison, une surveillance de la fonction du foie sera effectuée avant l’instauration du traitement puis régulièrement pendant la période à risque. Les effets secondaires fréquemment rapportés avec les antiépiléptiques récents sont :

  • des vertiges, de la fatigue, de la somnolence, des troubles visuels, des maux de tête
  • désordres digestifs (nausées, vomissements, diarrhée)

La majorité de ces médicaments peuvent causer des éruptions cutanées. Plus la rareté, déc expérimenté du foie ont été répertoriées. Hormis Lamictal®, tous ces médicaments améliorent le risque d’anxiété voire de dépression. Les médicaments Keppra®, Neurontin®, Lyrica® et Briviact® peuvent provoquer des infections rhinopharyngite, une pharyngite ou une otite. En outre, déc œdèmes sont parfois observées avec Zonegran®, Lyrica® et Neurontin®. Le même des acouphènes ont été rapportés avec Vimpat®. Les benzodiazépines ayant des propriétés antiépiléptiques présentent les mêmes effets secondaires fréquents que les benzodiazépines en général. À savoir, la somnolence, des troubles de la vision, une faiblesse musculaire, un risque augmenté de dépression respiratoire et de chutesetc.

Quelles sont les contre-indications des antiépiléptiques ?

► Tous les antiépiléptiques sont contre-indiqués en cas d’allergies à l’un des composants du médicament. Plus précisément, Di-Hydan® et Gardénal® ne doivent pas être administrés en cas d’allergie au blé (autre que l’intolérance au gluten).
► Par ailleurs, les médicaments Mysoline®, Alepsal® et Gardénal® ne doivent pas être pris par un patient ayant une porphyrie (maladie héréditaire rare) ou une insuffisance respiratoire sévére.
► De même, Tégrétol®, Zebinix® et Vimpat® sont à proscrire en cas de bloc auriculo-ventriculaire (trouble de la conduction électrique entre les oreillettes et les ventricules du cœur).
► En outre, Zonegran® ne doit pas être administré chez un patient allergique à l’arachide ou au soja.
► Les principales contre-indications pour le valproate sont une hépatite (aiguë ou chronique), un antécédent d’hépatite grave et une maladie génétique héréditaire du foie.
► Les benzodiazépines sont contre-indiquées en cas insuffisance respiratoire sévère, apnée du sommeil, insuffisance hépatique, myasthénie (maladie qui affaiblit les muscles). Plus spécifiquement Rivotril® est à éviter en cas de dépendance (drogues, médicaments, alcool). De plus, Valium® est contre-indiqué en cas d’intolérance au galactose, de déficit en lactase (enzymes qui digèrent le lait) etroubles de l’absorption intestinale.
► Les autres antiépiléptiques (Keppra®, Trileptal®, Lamictal®, etc.) ne présentent pas de contre-indications particulières.
► À noter que Di-Hydan®, Alepsal®, Gardénal et Tégrétol® diminuent les concentrations de certains médicaments et augmentent le risque d’inefficacité. Chez une femme en âge de procréer, le choix du moyen contraceptif s’effectue en concertation avec le médecin car plusieurs antiépileptiques peuvent réduire l’efficacité de certaines pilules. De manière générale, les antiépileptiques ne ne doivent pas être associés au millepertuis (anti-dépresseur naturel) au risque de diminuer leur efficacité.
► Actuellement, il s’avère que plusieurs antiépiléptiques sont associés à un risque élevé de malformations et troubles du développement du système nerveux chez l’embryon ou le fœtus. C’est le cas des molécules suivantes : valproate, topiramate, phénobarbital, primidone, carbamazépine, phénytoïne et prégabaline. Le médecin évaluera le rapport bénéfice-risque avant de prescrire un antiépileptique. Si un traitement est indispensable, le choix du traitement se fera parmi les autres molécules existantes. Faute d’études sur ces médicaments, une surveillance médicale régulière sera effectuée tout au long de la grossesse.

Quels sont les antiépileptiques naturels ?

Plusieurs études suggèrent l’efficacité de certains produits naturels en elle réduction des crises d’épilepsie. C’est le cas notamment de la valériane, des oméga-3 (sous forme de compléments alimentaires ou dans l’alimentation : poissons gras, huiles végétales), du magnésium, de la vitamine Dou encore du resvératrol (antioxydant contenu dans la vigne rouge). En raison de données scientifiques insuffisantes, ces substances ne sont pas reconnues dans cette indication par les autorités publiques de santé en France. À noter qu’un patient épiléptique prenant ces produits naturels doit toujours avoir un suivi médical régulier et poursuivre ses traitements médicamenteux prescrits par un médecin.

Sources:
– Base de données publiques des médicaments

Antiépileptique et enceinteANSM, 30/06/2022
– Antiépileptiques au cours de la grossesse : Etat actuel des connaissances sur les risques de malformations et de troubles neuro-développementaux, ANSM29/10/202
– Anti-épileptiques : les points essentiels, Pharmacomédicale.org

Leave a Comment