après la défaite de l’Algérie contre le Cameroun, le match continue

Pour ne rien rater de l’actualité africaine, abonnez-vous à la newsletter de “Monde Africain” depuis ce lien. Tous les samedis à 18h, retrouvez une semaine d’actualités et de débats animée par la rédaction de “Monde Africain”.

Les Lions indomptables célèbrent avec Samuel Eto'o (au centre), président de la Fédération camerounaise de football, leur qualification en Coupe du monde au Qatar, suite à leur victoire contre l'Algérie (2-1) au stade de Blida, le 29 mars 2022.

Insultes, complot, accusations de corruption… Les jours passent, mais rien ne semble pouvoir apaiser les tensions provoquées par la victoire de Cameroun face à laAlgérie (2-1), à Blida, le 29 mars : les Lions invaincus ont arraché leur qualification pour la Coupe du monde au Qatar grâce à un but de Karl Toko Ekambi inscrit dans les dernières secondes du temps additionnel, éliminant ainsi le déficit concédé de quatre jours plus tôt à Douala ( 0-1).

Lire aussi : Football : Rigobert Song, le pari de Samuel Eto’o pour mener le Cameroun à la victoire face à l’Algérie

Rapidement, la Fédération algérienne de football (FAF) a annoncé le dépôt auprès de la Fédération internationale de football (FIFA) d’un procès au sujet de l’arbitrage du Gambien Bakary Gassama, accusé de ses yeux d’avoir pris de mauvaises décisions après avoir entraîné l’élimination des Fennecs. En attendant le verdict, un flot presque interrompu par des déclarations plus ou moins polémiques vole dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

Le sélectionneur algérien Djamel Belmadi a concentré ses critiques sur Bakary Gassama, lâchant des propos parfois ambigus. « Le voir confortablement installé dans les salons de l’aéroport d’Alger le lendemain du match, boire un café et manger mille feuilles… Je ne dis pas qu’il faut tuer, mais il ne faut pas le laisser seul »avait-il déclaré dans un entretien accordé au service de presse de la FAF le 24 avril.

Un complot supposé

Des propos qui ont suscité une vive émotion en Gambie, poussant la fédération locale à porter plainte contre lui. “Si ce n’est pas un appel à la violence, ça paraît un peu”analyse l’ancien international camerounais Patrick Mboma. “Belmadi a le droit de dire que l’arbitrage est mauvais, mais je ne suis pas d’accord qu’il ait ôté la tranquillité d’esprit à M. Gassama. C’est un road trip de sa part » a également apprécié le journaliste franco-algérien Nabil Djellit (L’équipe) sur Canal+.

Si Djamel Belmadi n’a pas parlé publiquement de corruption ni mis en cause la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), d’autres ont été inculpés. Le journaliste Hafid Berradji (BeIN Sports) a accusé ce dernier et Bakary Gassama d’avoir conspiré contre la sélection nationale algérienne, assurant que l’arbitre avait parcouru le Maroc avant d’arriver en Algérie afin de rencontrer des émissaires de Samuel Eto’o, le président de la Fecafoot.

Lire aussi : Football : Egypte-Sénégal et Cameroun-Algérie, principales affiches des barrières de la Coupe du monde

L’ancien international algérien Mohamed Khazrouni a, quant à lui, affirmé, le plus gravement du monde, sur la chaîne privée El-Bilad, que l’humoriste et acteur franco-marocain Jamel Debbouze avait participé au complot présumé contre la sélection algérienne, sous prétexte « Qu’il ait vécu en France, soit influent, sait le roi Mohammed VI, ainsi que Fouzi Lekjaa, le président de la Fédération marocaine, qui n’a pas supporté la défaite du Maroc contre l’Algérie au Qatar en Coupe arabe. [en décembre 2021] ». Mohamed Khazrouni est même certifié être en possession de preuves attestant de la véracité de ces allégations.

“Des mots complètement irrationnels”

Mais certains Camerounais ne sont pas en reste dans le domaine de la violence verbale. Ainsi, Sismondi Barlev Bidjocka, le directeur général de la radio RIS FM, est allé jusqu’à évoquer “Un terroriste arabe sélectif nommé Belmadi”. Pour l’instant, ce dernier n’a pas encore répondu à M. Bidjocka, mais certains subissent des pressions pour porter plainte en diffamation.

« Il y a des gens qui font des commentaires complètement irrationnels, publiquement, sur les réseaux sociaux ou dans des espaces dédiés aux commentaires sur certains médias en ligne. C’est triste et regrettable car, au fond, on ne parle que d’un match de foot, certes important, mais d’un match »désolé Patrick Mboma.

Lire aussi Ce qui attend Samuel Eto’o, le nouveau président du football camerounais

Cette surenchère verbale vaut aussi pour les infox et les manipulations, comme a pu en faire l’expérience Rabah Madjer, l’attaquant mythique des Fennecs (1978-1992). « J’ai été emprunté à des mots que je n’avais jamais entendus sur Belmadi. Je dirais qu’il manque de discernement, alors que je ne parle pas de la sélection nationale. Mais le mal est, parce que cette interview imaginaire s’est répétée un peu partout, et je dois passer une partie de mon temps à me justifier.”vue-t-il.

Depuis Alger, l’ancien international et sélectionneur Ali Fergani assiste, médicalement, à cette interminable prolongation. « Nous lisons et entendons tout et quoi qu’il arrive, beaucoup de gens seront trop loin. Il faut que ça se calme. Si l’enquête de la FIFA sur l’arbitre fournit la preuve qu’il était corrompu, elle prendra les décisions qui s’appliquent. Et si ce n’est pas le cas, passons définitivement à autre chose. »

Leave a Comment