“Ce n’est pas assez pour la Ligue des champions” : battu par Francfort (0-1), l’OM constate les déjàuts et ses manques

Brillant en Ligue 1 mais défaillant sur la scène continentale, l’OM déchante. Le public du Stade Vélodrome était prêt à vivre une belle soirée européenne, il est reparti frustré et déçu après la défaite (0-1) de ses protégés devant l’Eintracht Francfort qui réalise pourtant un début de très poussif en Bundesliga. Après celle face à Tottenham (2-0), cela a fait deux revers en autant de journées dans le groupe D pour des Olympiens qui ont déjà vu la qualification s’éloigner avant de défier deux fois le Sporting, vainqueur de ses deux premières rencontres.

“On est entrés trop lentement dans le match, comme si on était impressionnés par ce match de Ligue des Champions à la maison, a regretté le coach marseillais Igor Tudor en conférence de presse d’après-match. On a été trop lents à la construction et on n’a pas fait la différence devant. Sur le plan du jeu, ça n’est pas notre meilleur match”. Pour la première fois de la saison, le technicien croate a décidé de faire confiance au duo Gerson-Payet pour nourrir Alexis Sanchez, mais ce choix s’est avéré totalement infructueux. Il s’est résolu à changer ces trois joueurs d’un coup juste avant l’heure de jeu alors que l’Eintracht menai au score après le but de Jesper Lindström (43e).

Ligue des champions

L’antisèche : L’OM a manqué de tout… et même de cœur

IL OUI 10 HEURES

Ce n’est pas humain de jouer à un tel rythme

“En deuxième période, on a poussé et on aurait mérite un but, avance Tudor dont l’équipe a bien fini par emballer les débats mais s’est aussi copieusement exposé aux contres adverses. Il n’est pas arrivé et au bout du compte, on perd contre une équipe forte. Ils n’ont pas tant dominé que ça, la première période a été plutôt équilibrée, même s’il est vrai qu’on n’a pas créé beaucoup devant. On vient du 4e chapeau et on essaie de faire du mieux possible”. Francfort a remporté la Ligue Europa la saison dernière et appliqué une bonne défense dans son camp tout en jouant ses coups offensifs intelligemment mais n’a pas non plus brillé.

Guendouzi, Sanchez, système : commentaire Tudor s’est trompé

Tudor avance une autre raison pour expliquer cette désillusion : le manque de fraîcheur. “C’était le troisième match en six jours, il y a une fatigue évidente et beaucoup de blessés, assure l’ancien entraîneur du Hellas Vérone qui a vu Eric Bailly se bénir mais ne découvre pas le calendrier de son équipe ni les exigences de la Ligue des champions. Ce n’est pas humain de jouer à un tel rythme. On finit avec un seul défenseur et des joueurs qui ratent des passes qu’ils ne ratent pas d’habitude. Non le système n’est pas en cause. Les joueurs enchaînent les matchs, ils sont fatigués. Certains sont arrivés tardivement et n’ont pas fait la préparation. D’autres sont blessés”.

S’il permet au club phocén de réaliser le meilleur début de saison de son histoire en L1, le Croate a perdu son premier de C1 à domicile avec l’OM comme l’avait fait ses décesseurs Didier Deschamps, Elie Baup, José Anigo et André Villas-Boas. Les Olympiens affichent surtout une terrible statistique avec 16 défaites sur leurs 17 derniers matches de Ligue des champions. Outre la pression des supporters ou une forme physique délicate, ils présentent forcément le manque de tactiques et de techniques que la première période encourageante contre Tottenham ne peut masquer et l’expulsion de Chancel Mbmemba devant les Spurs était certainement plus due à la naïveté qu’à ‘ à la malchance.

“C’est une déception, mais on ne peut pas toujours être déçus, a reconnu avec lucidité Jordan Veretout au micro de Canal + en sortant du terrain. On a montré un beau visage mais la première période n’a pas suffi. En seconde période, on a essayé de pousser pour revenir au score mais il a manqué ce dernier geste, ce mais pour être récompensés”. Les statistiques de la rencontre sont implacables : malgré 60% de balle possession l’OM hit au but et cadré presque deux fois moins que son adversaire (8 shots pour 4 cadrés contre 14 et 7 cadrés pour l’Eintracht) et n’ a pas obtenu le moindre coin.

“Ce n’est pas suffisant en Ligue des champions, poursuite le milieu de terrain arrivé de l’AS Rome cet été. Ils nous ont mis en difficulté, les adversaires nous observent à la vidéo, on a essayé d’aller les chercher haut mais ils ont compris des espaces dans notre dos. Je pense qu’on n’est pas loin, mais c’est insuffisant, il faut marcer des buts pour exister en Ligue des champions”. Pour le moment, l’OM ne marque pas et n’existe donc pas. Il va vite devoir faire l’un et l’autre pour ne pas se fâcher définitivement avec la plus prestigieuses des compétitions européennes.

La déception de Luis Suarez (Marseille) face à l’Eintracht Francfort

Crédit : Getty Images

Ligue des champions

Les notes de l’OM : Payet – Gerson, poids morts

IL OUI 10 HEURES

Ligue des champions

L’antisèche : L’OM a manqué de tout… et même de cœur

IL OUI 10 HEURES

Leave a Comment