Côte d’Ivoire : une découverte de pétrole portée à 2,5 milliards de barils

Publié le 12.09.2022 à 01h18 par APA

Une découverte majeure de pétrole brut dans le bassin sédimentaire de Côte d’Ivoire faite par le Groupe Eni dans le bloc CI-101, en eaux profondes, estimée à environ 1,5 à 2 milliards de barils, a été « augmentée » par le géant italien des hydrocarbures à 2 ,5 milliards de barils.« Sur annonce entre 1,5 milliard et 2 milliards de barils ; avec le dernier puits, après que le ministre (Mamadou Sangafowa Coulibaly) a pris fonction, (il nous a donné beaucoup de forces et) sur une augmentation de 25 %. Donc, on est à 2 milliards et demi de barils », a dit le PDG de ENI, M. Claudio Descalzi, dans la capitale économique ivoirienne.

“On a teste le puits et on est à plus de 12.000 barils par jour”, a déclaré le PDG du géant italien des hydrocarbures Claudio Descalzi, à l’occasion d’une rencontre vendredi à Abidjan avec le ministre ivoirien du Pétrole, des Mines et de ‘Energie, Mamadou Sangafowa Coulibaly, en prélude à une audience que le chef de l’Etat Alassane Ouattara devait accorder à la délégation de l’ENI.

Au-delà du pétrole et du gaz, ces réserves doivent permettre de générer « de l’électricité, des emplois, une économie durable, ainsi que des initiatives dans le domaine de la formation, de la conservation des forêts et dans le domaine de la cuisine propre, c’est- à-dire le chauffage propre pour réduire l’émission de CO2 dans les maisons », at-il fait observer.

“Pendant la première phase, nous envisageons de faire une célébration pour arriver à porter en Côte d’Ivoire le maximum de productions sur la base des réserves et des ressources très importantes”, a-t-il poursuivi. Le groupe compte en outre « impact positivement les familles avec le premier projet qui va concerner 400 000 bénéficiaires avec ce qu’on appelle les cuisines propres ».

“On est en train de fabricer tout cela en Côte d’Ivoire, avec des artisans et après à un niveau industriel, quelque chose qui va augmenter le contenu local”, a fait savoir M. Descalzi, soulignant que “ce projet de Baleine va être un projet sutable, pas seulement du point de vue économique mais aussi d’un point de vue du contenu local ».

Il a été mentionné que selon le contrat, le groupe « devrait avoir au moins 75% de contenu local », assurant qu’« il tendra vers ce niveau et pourra le dépasser ». Pour le moment, il a 400 cadres et opérateurs, mais compte après « peut-être augmenter (cet effectivef) parce que la chose nécessaire avec ce prix du brut, c’est d’accélérer la mise en production, comme l’a désirée le ministre “.


« Je suis très heureux, en tant que ministre, de prendre les charges de ce département à un moment où vous faites ces découvertes importantes, avec votre partenaire local Petroci Holding Côte d’Ivoire », a dit le ministre Mamadou Sangafowa, qui a notamment le fait que le groupe est “beaucoup regardant sur l’environnement et la santé des populations” dans ce projet intégré,

M. Sangafowa a relevé que « c’est un projet qui aura zéro émission ; toutes choses étant égales. Par ailleurs, c’est l’un des premiers projets que le groupe développe notamment en Afrique », ce qui est à saluer. Le ministre du Pétrole avait à ses cotés plusieurs responsables du secteur, dont le directeur général de la Société ivoirienne de raffinage (SIR, publique).

Le ministère ivoirien des Mines et du pétrole a annoncé, il y a un an, « une majeure » de pétrole dans le bassin sédimentaire découverte ivoirien faite par la société italienne Eni dans le bloc CI-101, en eaux profondes, exploitées en consortium avec société nationale Petroci Holding. Des réserves découvertes concernant du pétrole brut et du gaz naturel associé.

“Le potentiel peut être estimé de manière préliminaire à environ 1,5 à 2 milliards de barils de pétrole brut d’un côté, et de l’autre à environ 1.800 à 2.400 milliards de pieds cubes de gaz”, a précisé le ministère. Une découverte qui selon les autorités devait fortement accreitaire les réserves prouvées du pay ainsi que sa production pétrolière et gazière dans les années à venir.

Leave a Comment