fin d’été “invivable”, l’appel au secours d’habitants désemparés dans le Rhône

Invivable, infernal, une horreur… Les témoignages déposés pour les lecteurs du Progrès
sur les réseaux sociaux laissent peu de place au doute : le moustique tigre est le fléau de cette rentrée 2022 dans la métropole lyonnaise.

Le SOS de lecteurs en détresse

Le journal local, qui souhaitait consacrer un article à la prolifération du moustique tigre avait lancé un appel à témoignages sur les réseaux sociaux. Les journalistes ne s’attendaient visiblement pas à autant de retours : “ce n’est plus un appel à témoins, c’est un appel au secours”écrivent-ils.

A lire aussi : Moustique-tigre. Les bons gestes à adopter pour s’en protéger

“La situation devient intenable dans certaines villes de la Métropole et du département”pointe le journal.

Après les températures quasi insupportables d’un été caniculaire, les habitants font face à un fleau sournois, que personne n’avait vu venir et qui, contrairement à la chaleur, ne fait pas la une de l’actualité un jour sur deux. Pourtant dans le
Rhônecette année 2022 est marquée par une prolifération de moustique tigre close de l’infestation.

Les témoignages de lecteurs

Le moustique tigre, ce sont ceux qui en sont victimes qui en parlent le mieux. Monsieur lune page Facebook du Progrésles témoignages sentent le vécu, la saturation et le découragement.

“Infernal, une vingtaine de piqures tous les soirs”, “Impossible de profiter du jardin, l’été devient ma hantise”, “Un enfer, vivement l’hiver, c’est fou de dire ça”, “Ok… Mais maintenant on fait quoi?”

Que faire ? C’est en fait une question. Si le constat est sans appel – le moustique tigre est devenu un fleau que personne ne peut ignorer –, les initiatives ne se bousculent pas.

Les collectivités impuissantes ?

Communes, Métropole de Lyon et département du Rhône n’ont pas (encore ?) mis en place de mesures coordonnées de lutte contre la prolifération du moustique tigre. Pire, les collectivités donnent parfois l’impression de se renvoyer la patate chaude.

Récemment la Métropole de Lyon a lancé l’idée de “créer des mers” pour favoriser la colonisation d’espèces prédatrices du moustique tigre (les libellules par exemple). Un mode de lutte qui aurait le mérite de préserver l’environnement et de ne pas heurter l’équipe Europe Ecologie-Les Verts du maire de Lyon Grégory Doucet. Reste à savoir si l’efficacité de ces juments serait à la mesure du défi.

A lire aussi : Le camping est infesté de moustiques, les touristes vivent l’enfer : “Ce ne sont plus des vacances”

Des campagnes de démoustication à base d’insecticide sont par ailleurs appliquées dans le Rhône, mais il ne s’agit que d’actions très ciblées déclenchées lorsque des cas de dengue – virus que peut transmettre le moustique tigre – ont été signalés.

Habitants désarmés

Faute de véritable politique publique en la matière, les habitants luttent à leur échelle et avec leurs armes : répulsifs, pièges et pommades. Mais dans cette configuration le combat est inégal, pour ne pas dire perdu d’avance : “une dépense énorme en produits divers plus ou moins Naturels. Il faudrait une action collective à plus grande échelle. Nos mairies font la sourde oreille et ne font que nous proposer l’achat de pièges très costeux”résumé d’une habitante de Simandres, au sud de Lyon.

Outre la dengue, le moustique tigre peut transmettre des virus dangereux pour l’homme, comme le chikungunya ou le zika. Sa prolifération en France métropolitaine – les premières observations remontent à 2004 – pose un problème de santé publique. Au delà du risque épédémique, se pose le problème d’une qualité de vie entravée et d’une population à fleur de peau, pour ne pas dire piquée au vif…

Dengue : 26 cas autochtones au cours des derniers jours

Le moustique tigre inquiète bien au-delà de la métropole lyonnaise. Au cours des derniers jours, 26 cas de dengue indigène ont été reportés dans le sud-est de la France. Les personnes infectées ne retraient pas d’un séjour dans une zone où le virus de la dengue est résumé pour circulant activement, toutes ont été contaminées en France après avoir été été par un moustique qui avait prélevé du sang sur une personne positive à la dengue .

A date, le moustique tigre est présent dans 67 départements en France, c’est de plus qu’il y a deux ans.

En savoir plus…

Leave a Comment