Kenya : ONG et société civile intimée à un examen pacifique et transparent

#Autres pays : ONG et société civile kenyanes ont appelé mardi à des élections pacifiques et transparentes, à une semaine d’une présidentielle à forts enjeux pour ce pays d’Afrique de l’Est plusieurs fois meurtri par des violences et des contentieux post-électoraux.

Le scrutin du 9 août est «un des plus complexes de l’histoire du pays» depuis l’instauration du multipartisme en 1991 et «collectivement nous pouvons avoir une élection crédible»a declaré mardi Felix Owuor, representant de l’Institut de droit et de gouvernance pour l’Afrique (Elgia).

Cette organisation de la société civile s’est unie à une quinzaine d’autres pour lancer mardi un site internet destiné à collecter et géolocaliser les incidents avant, pendant et après les élections.

Plus de 22 millions d’électeurs sont appelés aux urnes mardi prochain, pour désigner leur prochain président pour les cinq années à venir, ainsi que des centaines de parlementaires et quelque 1 500 élus locaux.

Ou, le spectre des violences passées plan sur ces élections scrutées par la communauté internationale, le Kenya étant une locomotive économique et un îlot de stabilité démocratique dans une région tourmentée.

L’une des inquiétudes soulevées mardi par Human Rights Watch (HRW) est liée à l’impunité de la police.

>>> LIRE AUSSIENNE : Kenya : quatre candidatures validées pour la présidentielle d’aôut

«L’échec à lutter contre les abus des policiers lors des élections précédentes kenyanes risque de les encourager à continuer leur mauvaise conduite lors des élections générales cette année»a déclaré dans un communiqué Otsieno Namwaya, directeur de HRW pour l’Afrique de l’Est.

La police kenyane est souvent accusée par les ONG d’usage excessif de la force et de mener des exécutions extra-judiciaires, notamment dans les quartiers populaires.

Ses agents ont également été soupçonnés d’avoir formé des escadrons visant notamment des militants et des avocats qui enquêtaient sur ces abus.

HRW affirme avoir désigné le décès d’au moins 104 personnes, selon elle du fait de la police, lors des dernières élections de 2017, principalement des partisans de Raila Odinga, alors candidat de l’opposition.

Après une annulation du scrutin par la Cour Suprême et une deuxième élection, les tensions électorales ne s’étaient pas apaisées que début 2018 à la suite d’une alliance surprise entre le président Uhuru Kenyatta et Odinga.

>>> LIRE AUSSIENNE : Présidentielle au Kenya : Kenyatta soutient son ancien rival Raila Odinga

Ce dernier, aujourd’hui soutenu par Kenyatta et son parti, est un des favoris à la présidentielle face à William Ruto, vice-président sortant devenu challenger du pouvoir.

Si la campagne n’a pour l’instant été émaillée que d’échauffourées sporadiques, les craintes subsistent que plus d’incidents n’éclatent.

Marqué par le vote communautaire, le Kenya et sa quarantaine d’ethnies en effet à plusieurs reprises subies de violences post-électorales, notamment en 2007-2008, où plus de 1 100 personnes sont décédées lors d’affrontements à caractère ethnique. Et tous les scrutateurs depuis 2002 ont été contestés.

“Infuseur de confiance”

Déjà les écoles, dans les quoi sont installées la plupart des bureaux de vote, sont fermées et une grande enseigne de supermarchés a invité les clients à faire des provisions.

Pour recenser les incidents éventuels dans les plus de 46 000 bureaux de vote, des groupes de la société civile ont ainsi décidé de s’unir pour «infuser un peu de confiance»a expliqué mardi à la presse Angela Lungati, directrice d’Ushahidi, une plateforme de partage d’informations créée au Kenya en 2008.

Ensemble elles ont lancé le site têlée.or.ke dont le but est d’«encourage les citoyens ordinaires à participer activement afin de garantir un résultat libre et équitable en partageant des données sur ce qui se passe autour d’eux»résume Mme Lungati.

>>> LIRE AUSSIENNE : Brouettes et hélicos : la campagne présidentielle, reflet des inégalités profondes au Kenya

Les poches de tensions ou anomalies susceptibles de perturber le processus élector peuvent être signalées via des SMS et des services téléfoniques gratuits, ou sur les réseaux sociaux.

Une équipe vérifiera notamment la véracité des faits évoqués grâce à des centaines de volontaires sur le terrain, aux côtés de dizaines d’observateurs internationaux.

«La responsabilité de tenir des élections pacifiques, crédibles et intégrées» n’incombe pas à la seule la Commission électorale indépendante, «c’est aussi la responsabilité de la société civile»veut croire Felix Owuor.

En 2017, la Commission électorale avait largement été pointée du doigt pour les irrégularités dénoncées par la Suprême dans son jugement.

.

Leave a Comment