“La médecine est le meilleur alibi pour l’orgueil technoscientifique”

L‘heure est à la critique de notre société du « toujours plus ». Toujours plus loin, toujours plus vite, toujours plus de technologie, pour quel résultat ? Une catastrophe à venir, nous sommes tous au courant. Curieusement, la médecine a échappé à cette critique du « toujours plus », elle en est même un contre-exemple patent. C’est en effet l’accélération vertigineuse de la production des travaux scientifiques et des innovations techniques de ces dernières décennies qui ont rendu possibles l’IRM ou les biothérapies. Ou comment penser, aujourd’hui, la neurologie sans imagerie cérébrale par résonance magnétique, ou le traitement des cancers et des maladies inflammatoires sans anticlonalaux ? La médecine est le meilleur alibi de l’orgueil technoscientifique.

Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés « Sur la crise de l’hôpital, on a parlé de tout, sauf d’amour »

Oui, mais voilà, cela nous a rendus accros. Dans l’espoir utopique de pouvoir vancre la mort et la souffrance par la puissance sans limite de notre science, nous tous, médecins, patients, autorités de santé, politiques… nous enivrons du flot interrompu des découvertes que les biotechs se plaisent à annoncer à grands fracas. Et l’ivresse conduit à l’absurde : un diagnostic parfois posé sans être étayé par une liste de résultats d’examens complémentaires savants est devenu un diagnostic suspect ; le dernier traitement mis sur le marché est devenu de facto le meilleur, au même titre que le dernier téléphone portable. Il est grand temps d’arrêter cette folie.

La haute technicité pour répondre à l’angoisse

Oui, il est possible de poser un diagnostic sans recourir à des examens complémentaires, c’est même le cas le plus fréquent en dermatologie ou en psychiatrie. Et pourtant cela surprend souvent, car au-delà de la fascination pour la technomédecine, tout concourt à pousser à la prescription de bilans paracliniques. L’obligation de moyens faite au médecin, la judiciarisation croissante du monde du soin ou, encore, l’autonomisation des patients à partir des connaissances disponibles en ligne. Il existe également des raisons plus subtiles, plus profondes. Le recours à la haute technicité est parfois un simple mécanisme de défense contre l’anxiété associée au risque consubstantiel à tout acte médical. Et pourquoi ne pas évoquer également la jouissance non coupable d’user du pouvoir de prescrire d’un simple trait de plume un traitement ou un bilan sanguin sophistiqué coûtant de 10 à 100 fois le prix de la consultation ?

Concernant les nouveaux traitements, si leur réelle plus-value en termes d’efficacité peut souvent être évoquée, en réalité, le vrai problème concerne leur prix. Régulièrement, la Commission d’évaluation économique et de santé publique (CEESP) de la Haute Autorité de santé (HAS) pointe le caractère jugé du rapport coût/efficacité des produits de santé qu’elle évalue, en particulier des nouveaux anticancéreux. Ces traitements peuvent avoir un intérêt clinique, mais leur coût dépasse souvent largement les 100 000 euros par patient ce qui, de l’avis de la CEESP, « interroge sur l’acceptabilité collective ». Pourquoi payons-nous ces produits si chers ? Du fait de leur efficacité et de la gravité des maladies contreccantes ? A priori, non, car les modèles médico-économiques en tiennen compte. De plus, vraisemblablement, parce que ces nouveaux traitements sont fascinants par les savoirs et les technologies qu’ils mobilisent. Cela pose un vrai problème d’équité en santé : toutes choses égales par ailleurs, les patients qui peuvent bénéficier de traitements sophistiqués bénéficieront de plus de ressources de solidarité nationale que ceux qui ont besoin de soins. ” humains “, considéré comme le moins prestigieux.

Il vous reste 28,12% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment