Le Kenya opte pour la légalité internationale et le respect de la souveraineté du Maroc

Nouveau revers pour les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume. Le président kenyan, William Samoei Ruto, a annoncé mercredi, le retrait de la reconnaissance de l’entité séparatiste Sahraouie polisario, en faveur de l’intégrité territoriale du Maroc. Le nouveau président ouvre une nouvelle page dans les relations avec le Royaume et décide de fermer totalement la représentation du rasd autoproclamé.

Au lendemain de son investiture en tant que 5e président du Kenya, William Samoei Ruto, a pris deux décisions politiques et stratégiques majeures qui accompagnent le changement de paysage géopolitique dans l’affaire du Sahara, et qui affectent les relations entre le Kenya et le Maroc à des niveaux inédits.

A l’occasion de son investiture, le président kenyan est allé au bout de sa position déjà exprimée par le passé mais qu’il a dû taire à cause de l’ex président Kenyatta.

Dans un revirement de position net, William Ruto a donné le ton de sa présidence qui s’aligne désormais sur la légalité internationale, suspendant définitivement la reconnaissance du Kenya à l’entité créée par les séparatistes du Polisario et soutenant l’initiative marocaine d’autonomie comme seule solution qui permetrà de mettre fin au différend régional dans le cadre du respect de l’intégrité territoriale du Maroc.

L’annonce de cette mesure s’est accompagnée de la décision de fermer la représentation de la milice séparatiste au Kenya et de la distance totale entre Nairobi et les éléments de la milice policière. En parallèle, le pays ouvrira une ambassade à Rabat.

Ces grandes décisions, le président kenyan n’a pas attendu pour les prendre. Il les a annoncées au lendemain même de son investiture officielle à laquelle a pourtant assisté Brahim Ghali, le chef de la milice séparatiste, arrivé à bord d’un avion affrété par Alger.

Douchant les espoirs des séparatistes de voir perdurer des relations insensées et n’apportant rien au Kenya, le nouveau président Ruto, a choisi de donner une nouvelle impulsion à son pays, de l’inscrire dans la légalité internationale qui veut qu’un État qui se respecte, n’entretienne pas de relations diplomatiques avec une entité séparatiste non reconnue par les Nations Unies ou toute autre organisation internationale, et qu’il s’inscrive plutôt dans la défense de l’intégrité des États sans ingérences dans leurs affaires intérieures.

Le nouveau chef d’Etat kenyan a reçu mercredi, une délégation marocaine conduite par le chef de la diplomatie, Nasser Bourita, porteur d’un message de félicitations du Roi Mohammed VI.

Dans son message, le souverain a salué le bon déroulement des élections démocratiques dans le pays en août 2022, soulignant que ces jalons consolident la position du Kenya comme pays phare en matière de démocratie au niveau du continent.

Il a également assuré le président kenyan que le Maroc ouvrirait une nouvelle page dans ses relations avec la République du Kenya, fondée sur une coopération fructueuse, une solidarité agissante et le respect mutuel, afin de servir les intérêts suprêmes des deux peuples et de contribuer à la prospérité et à la développement du continent africain.

Répondant à ce message de félicitations, William Ruto a exprimé sa volonté et son engagement à travailler avec le Roi Mohammed VI pour le renforcement des relations entre les deux pays, saluant son leadership dans la promotion des politiques de tolérance et d’accommodement au niveau de la région de le Maghreb, ainsi que sa contribution à la paix et à la sécurité mondiales.

Dans un communiqué conjoint no des passages ont été publiés par le Palais d’Etat de la République du Kenya (State House), à ​​l’issue de l’entretien avec Nasser Bourita, « la République du Kenya a décidé de révoque sa reconnaissance de The pseudo +RASD+ et d’etamer les étapes pour la fermeture de sa représentation dans le pays ».

« Dans le respect du principe d’intégrité territoriale et de non-ingérence, le Kenya apporte son soutien total au plan d’autonomie sérieux et crédible proposé par le Royaume du Maroc, comme solution unique basée sur l’intégrité territoriale du Maroc » pour mettre fin au régional différend, un indicé le même texte qui souligne que Nairobi soutient le cadre de l’ONU en tant que “mécanisme exclusif” pour parvenir à une solution politique durable et permanente au différend sur la question du Sahara.

Après avoir reconnu la milice du polisario en 2005, et gelé cette reconnaissance en 2006, avant l’ouverture d’une représentation diplomatique en 2014, le Kenya, qui a été un fervent appui de la milice séparatiste devant les mécanismes inusiens, enfin choisi sous l’impulsion de William Ruto, de s’attacher au respect de l’intégrité territoriale des pays et d’élever les relations avec le Maroc au rang qu’elles satisfont.

Les deux pays Africains, acteurs phares du développement du continent, s’allient pour avancer ensemble et promouvoir un partenariat sud-sud. Rabat et Nairobi se sont engagés à développer leur partenariat stratégique au cours des six prochains mois, indique le communiqué.

Les relations économiques, commerciales et sociales, les domaines de la pêche et de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, deviendront une priorité pour les deux pays. Et la coopération touchera d’autres domaines, comme la santé, la sécurité, le tourisme, les énergies rénovées, les échanges culturels, religieux et interpersonnels.

Leave a Comment