Le nombre d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables a atteint 12,7 millions dans le monde

Le nombre d’emplois dans le secteur mondial des énergies renouvelables a atteint 12,7 millions l’an dernier, atteignant un bond de 700 000 en un an, malgré les effets persistants du COVID-19 et la montée de la crise énergétique, indique un rapport de l’International Renewable Energy Agence (IRENA).

Selon le rapport publié jeudi en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT), à l’occasion du Forum mondial d’action pour l’énergie propre qui se tient à Pittsburgh, aux Etats-Unis, « la taille du marché national des énergies rénovées est l’un des principaux facteurs de création d’emplois dans le secteur ».

Avec 4,3 millions d’emplois fournis en 2021, l’énergie solaire est le secteur qui connaît la croissance la plus rapide, précise le document intitulé “Energies renouvelables et emploi : Revue annuelle 2022”.

L’étude souligne également que près de deux tiers d’emplois dans les énergies renouvelables se trouvent en Asie, avec 42 % du total mondial représenté par la Chine, suivie par l’Union européenne et le Brésil (10 % chacun), suivi des États-Unis d’Amérique. Amérique et l’Inde (7% chacun).

« Face aux inquiétudes croissantes que causent le changement climatique, la reprise après la pandémie de COVID-19 et la perturbation des chaînes d’approvisionnement, les pays manifestent un intérêt marqué pour la décentralisation des chaînes d’approvisionnement et la création d’emplois au niveau national », indiquer la même source.

A cet égard, le rapport de pointe à quel point il est primordial de se baser sur des « marchés nationaux solides pour ancrer une dynamique d’industrialisation des énergies propres ».

Lire aussi : Énergies rénovées : en 10 ans, l’Afrique n’a attré que 2 % des investissements

« Le fait de stimuler une chaîne de valeur nationale ne permet pas seulement de créer des opportunités commerciales et de nouveaux emplois pour les populations et les collectivités locales. Cela renforce également la fiabilité de la chaîne d’approvisionnement et contribue à une plus grande sécurité énergétique mondiale », a déclaré le directeur général de l’IRENA, M. Francesco La Camera, cité dans le rapport.

Pour sa part, le directeur général de l’OIT, M. Guy Ryder a estimé que “la part croissante de l’emploi des femmes suggère que des politiques et des formations dédiées peuvent améliorer significativement la participation des femmes aux métiers liés à l’énergie ainsi que l’inclusion et, en définitive, la réalisation d’une transition juste pour tous ».

Le rapport met aussi en lumière un certain nombre d’évolutions majeures au niveau régional et national. Ainsi, les pays d’Asie du Sud-Est sont en train de devenir d’importants centres de fabrication photovoltaïque et de gros producteurs de biocarburants. La Chine est le principal fabricant et installateur de panneaux solaires photovoltaïques et crée un nombre croissant d’emplois dans l’éolien offshore. L’Inde a, quant à elle, a ajouté plus de 10 gigawatts d’énergie solaire photovoltaïque, ce qui a généré de nombreux emplois dans le domaine de l’installation, mais le pays reste fortement dépendant des panneaux importés.

L’Europe, qui représente aujourd’hui environ 40% de la production éolienne mondiale et est le premier exportateur de matériel éolien, tente de reconstituer son industrie de fabrication de panneaux solaires photovoltaïques, selon la même source. Le rôle de l’Afrique est encore limité, mais le rapport souligne qu’il existe de plus en plus d’opportunités d’emploi dans le domaine des énergies renouvelables décentralisées, notamment pour soutenir le commerce local et l’agriculture, entre autres activités économiques.

Afin de garantir une transition juste, le rapport insiste sur une expansion des énergies rénovées soutenables par des mesures politiques globales pour des “emplois décents, de qualité, bien rémunérés et proposés”.

L’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) est une organisation intergouvernementale qui sert de plate-forme principale de coopération internationale, mais aussi de centre d’excellence, de référence en termes de politiques, de technologies, de ressources et de connaissances financières. d’action sur le terrain pour faire avancer la transformation du système énergétique mondial.

Créée en 1919, l’OIT est la seule agence tripartite des Nations Unies. L’OIT rassemble les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de 187 États membres pour établir des normes de travail, développer des politiques et des programmes en faveur du travail décent pour toutes les femmes et tous les hommes.

Avec CARTE

Leave a Comment