les 9 signes à surveiller de près

Avez-vous des difficultés à vous concentrer ? Êtes-vous facilement distrait ? Oubliez-vous souvent votre portefeuille ou vos lunettes ? Peut-être êtes-vous juste tête en l’air, cela dit il peut également s’agir d’un trouble de l’attention, aussi appelé TDAH.

Les troubles de l’attention ou TDAH (troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité) touchent jusqu’à 5,6 % des enfants scolarisés en France. Chez les adultes, le chiffre tombe à 3 %, mais alors que deviennent ces enfants non ou mal déterminés ?

Défini clairement pour la première fois en 1980, le TDAH reste une maladie psychologique complexe à déterminaire, notamment dû aux multiples préjugés qui l’entourent. En effet de nombreux patients tendent à ramener leur trouble à une simple paresse ou une fatigue individuelle. En outre, selon la Haute autorité de santé : “on constate que les professionnels de santé sont peu ou pas formes à ce trouble”. Ces derniers évoquent également que d’autres pathologies présentent des signes proches ou aparinés à ceux du TDAH. Grâce à de nombreuses études, nous pouvons malgré tout analyser plusieurs comportements comme pertinents de ce trouble. Entre autres, l’inattention et l’impulsivité.

Les critères d’inattention

Nombre d’entre vous se reconnaîtront certainement dans ces critères, si le manque d’attention peut être amélioré par un contexte particulier, ces derniers ne deviennent problématiques que si ces symptômes deviennent un handicap dans le travail ou les relations sociales.

  • Vous avez du mal à prêter attention à certains détails, notamment dans votre travail, vous avez fait de nombreuses erreurs d’inattention dans vos devoirs scolaires.
  • Vous avez du mal à rester concentré dans la durée sur une tâche précise, durant vos cours ou lors d’une conversation.
  • Vous avez de grandes difficultés pour finir un travail, une tâche domestique, vous êtes facilement distrait.

En effet selon Carole Brianchon psychologue clinicienne cité dans Le Mag de la santé : “Les TDAH mettent beaucoup l’accent sur la surcharge de la mémoire de travail, c’est-à-dire le fait d’avoir d’énormes quantités d’informations de la vie quotidienne dans la tête avec des difficultés à prioriser et à hiérarchiser. Tout est sur le même plan, ce qui peut donc mener au burn-out”

  • Vous avez du mal à respecter un emploi du temps précis ou une organisation prédéfinie dans votre travail. Autrement dit, vous avez une mauvaise gestion du temps. Vous mettez en place des mécanismes d’évitement afin de ne pas vous confronter à certaines tâques qui nécessitent un effort mental soutenu.
  • Vous perdez souvent vos objets et fornières personnelles : lunettes, ordinateur, portefeuille, crayons, livres, téléphone portable.
  • Vous oubliez d’effectuer certaines tâches de la vie quotidienne : ménage, cours, factures, papiers administratifs, heures de rendez-vous.

Les critères d’hyperactivité et/ou d’impulsivité

L’hyperactivité et l’impulsivité constituent l’autre versant des troubles de l’attention. Ils ne viennent pas forcement avec les problèmes d’attentions et peuvent ainsi compliquer le diagnostic des professionnels.

  • Vous remuez souvent les mains ou les jambes, par exemple en jouant frénétiquement avec votre stylo ou en tapant un rythme avec vos doigts.
  • Vous avez du mal à rester en place dans des situations ou vous êtes censé rester assis.
  • Vous avez du mal à rester calme ainsi qu’à vous conformer aux règles durant une activité sportive ou un jeu de société.
  • Vous parlez beaucoup

Il est également fréquent pour les personnes atteintes de TDAH d’interrompre leur interlocuteur, de finir leurs phrases ou de répondre à leurs questions avant même qu’elles n’aient terminé de la poser.

  • Vous n’arrivez pas à attendre votre tour notamment lorsque vous faites la queue.
  • Vous imposez votre présence en faisant irruption dans les conversations.

Vous reconnaissez dans nombre de ces symptômes ? Sachez tout de même qu’une seule de ces caractéristiques ne suffit pas à se définir comme malade d’un TDAH. Il faut présenter au minimum 5 symptômes d’inattention et 6 d’hyperactivité ou d’impulsivité.

De plus, on estime qu’un tiers des adultes atteints du TDAH dans leur enfance verront leurs symptômes diminuer avec l’âge. Autrement, plusieurs traitements existent d’ores et déjà, notamment médicamenteux via le méthylphénidate, ou comportementaux via les thérapies cognitivo-comportementales.

Sources utilisées :

Haute Autorité de Santé : Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) : identifier la souffrance, accompagner l’enfant et la famille

TDAH France : Histoire du TDAH

TDAH France : Diagnostic positif du TDAH chez l’adulte

Le Mag de la Santé : les adultes aussi

Leave a Comment