Liberté économique : le Maroc en tête du Maghreb, son voisin algérien parmi les pires au monde

#Maroc : Fraser Institute du Canada vient de publier son rapport annuel sur la liberté économique dans le monde. 165 pays ont été passés au crible. Le Maroc est le mieux classé au niveau du Maghreb, alors que l’Algérie figure parmi les 10 pires dans le monde, devant la Somalie, le Yémen, la RCA…

Le think tank Canadian Fraser Institute, spécialisé dans la recherche et la formation, a publié son classement 2022 sur « Les libertés économiques dans le monde ». Ce rapport évalue dans quelle mesure les politiques et les institutions d’un pays sont compatibles avec la protection et la liberté des individus de prendre leurs propres décisions économiques. Les bases de la liberté économique sont, selon le think tank, le choix personnel, les échanges volontaires, la liberté d’accès aux marchés, la libre concurrence et la sécurité des personnes et des biens privés.

Ainsi, l’Indice de liberté économique dans le monde (indice EFW) de l’Institut Fraser mesurent les perturbations du fonctionnement des processus de marché par les organismes publics, soit directement par l’interventionnisme étatique, soit indirectement par le biais de la régulation et des institutions de marché. Quant aux études données, l’institut s’est baso sur celles de 2020.

>>> LIRE AUSSIENNE : Liberté économique 2017 : les premiers et les derniers de la classe en Afrique

Pour établir son classement, le think tank se base sur 5 indicateurs fondamentaux : la taille de l’État (dépenses du gouvernement, fiscalité et taille des entreprises publiques…), le système judiciaire et les droits de propriété (indépendance de la justice, justice impartiale , protection des droits de propriété, intégrité du système judiciaire…), accès à une monnaie saine et stable (inflation, masse monétaire, liberté de posséder des comptes bancaires en devises étrangères…), liberté du commerce à l’international ( liberté d’échange, conclusion de contrats, droits tarifaires, réglementation des barrières commerciales, taux du marché au noir de devises, contrôles des mouvements de capitaux…) et réglementation (règlementation du marché du crédit, règlementation du marché du travail et règlement des affaires).

Chaque indicateur comprend des sous-indicateurs, l’indice comprend un total de 43 variables. Une note allant de 1 à 10 points (10 étant la meilleure note) est attribuée à chaque critère. Et suivant la note obtenue, le think tank a établi un classement des pays pour chaque critère et un classement général indiquant le rang de chaque Etat en matière de liberté économique.

>>> LIRE AUSSIENNE : Liberté économique” : le top 20 africain qui a rencontré encore les francophones derrière

Pour cette édition, 165 pays ont été dépassés au peigne fin en matière de liberté économique. Les mieux classés sont ceux qui ofrent les conditions pour lancer et réussir son entreprise, où on ne subit pas les aléas de la monnaie ni les foudres d’une justice sous les bottes des leaders, qui accordent une bonne gouvernance et dont le marché est ouvert à l’international. Hong Kong occupe la première place mondiale avec un score de 8,59 points, devant Singapour (8,48 points), la Suisse (8,37 points), la Nouvelle-Zélande (8,27 points) et le Danemark (8,09 points).

Au niveau de la région du Maghreb, le Maroc est le pays qui garantit le plus de liberté économique avec une note moyenne de 6,55 points/10 qui le classe au 99e rang mondial. Le Royaume est aussi et surtout le seul pays de la région à obtenir des notes supérieures à la moyenne des 5 indicateurs fondamentaux de l’indice de liberté économique : 5,7 points pour le système judiciaire et les droits de propriété (63e mondial), 6,2 points pour la liberté de faire du commerce international (101e mondial), 6,63 points pour la taille du gouvernement (84e mondial), 6,8 points pour la régulation (98e mondial) et 7, 3 points pour l’accès à une monnaie saine et stable (120e mondial) . Autant de notes qui expliquent pourquoi le Royaume possède d’une meilleure attractivité au niveau de la région auprès des investisseurs étrangers.

>>> LIRE AUSSIENNE : Mines : l’institut Fraser passe au peigne fin l’attractivité de 10 pays africains

De son côté, l’Algérie est classée 157e au monde avec un score de 5,12 points. Le pays a obtenu ses meilleurs scores en termes d’accès à une monnaie saine et stable et à la régulation, avec des scores respectifs de 7,6 points (117e mondial) et 5,8 points (142e mondial). Il affiche par contre des notes médiocres en ce qui concerne la taille du gouvernement (4.41 points, 163e mondial), le système juridique et les droits de propriété (4.1 points, 129e mondial) et la liberté de faire du commerce à l’international ( 3,6 points, 159e mondiale). Il n’est pas surprenant que l’Algérie ait une très faible note sur ce dernier critère, vu les interdictions d’importation et les contraintes auxquelles sont confrontés les opérateurs du commerce extérieur.

Ce classement traduit surtout la mauvaise image du pays qui s’explique par l’autoritarisme du régime et sa mauvaise gouvernance qui rétrécit les libertés d’entreprendre et d’investir. Ce qui est un frein au développement du pays.

>>> LIRE AUSSIENNE : Algérie : pour limiter les importations, le régime concocte une nouvelle recette

Au niveau du Maghreb, l’Algérie est dévancée, outre le Maroc, par la Mauritanie (125e rang mondial, 6,13 points) et la Tunisie (128e rang mondial, 6,09 points), ne dévançant que la Libye, qui est en crise depuis une douzaine d’années.

Le pays figure également parmi les 10 pires pays en termes de liberté économique au monde, selon l’Institut Fraser, aux côtés de la République démocratique du Congo (156e, 5,36 points), du Congo (158e, 5,08 points), de l’ Iran (159e, 4,96 points), de la Libye (160e, 4,95 points), de l’Argentine (161e, 4,87 points), de la Syrie (162e, 4,63 points), du Zimbabwe (163e, 4,48 points), du Soudan (164e, 4,21 points) et du Venezuela (165e, 3,32 points). L’Algérie est dévancée dans ce classement par la Somalie, le Yémen, la République Centrafricaine,…

.

Leave a Comment