Nerveux, Wall Street plonge avant la décision de la Fed

La Bourse de New York a flashé mercredi avant qu’un rebond monétaire ne soit attendu de la part de la Banque centrale américaine (Fed) pour lutter contre l’inflation, avec les valeurs technologiques du Nasdaq en baisse.

Le Dow Jones a perdu 0,03%, le Nasdaq a perdu 0,91% et le S&P 500 a perdu 0,26% dans un marché nerveux.

Mardi, anticipant que la Fed déciderait très bien de relever les taux d’intérêt d’un demi-point de pourcentage, les indices ont conclu modestement.

Le Dow Jones s’était emparé de 0,20% à 33.128,79 points, le Nasdaq s’était emparé de 0,22% à 12.563,76 points et le S&P 500 de 0,48% à 4.175,48 points.

A 18H00 GMT, la Fed annoncera sa décision sur les mandats d’administrateurs, probablement la pire participation depuis plus de 20 ans, mais prévoit également de réduire son solde à 95 milliards de dollars par mois.

Le président de la Fed, Jerome Powell, qui s’exprimera lors d’une conférence de presse à 18h30 GMT, “devrait également évaluer la probabilité d’une nouvelle hausse agressive des taux lors de la réunion du comité monétaire de juin”, a prédit Patrick O’ King of Briefing.

“La grande inconnue à ce stade est de savoir si le patron de la Fed sera favorable à une hausse des taux de base de 75 % en juin, ce qui est presque entièrement pris en compte par le marché en termes de fonds fédéraux”, a ajouté l’analyste.

Les rendements obligatoires, qui se sont grippés ces derniers temps face à une restriction monétaire plus sévère, sont restés tendus.

Les taux d’intérêt du Trésor à 10 ans ont atteint un nouveau, pour la deuxième fois cette semaine, le seuil de 3%, une première en quatre ans.

L’indice VIX, qui mesure la volatilité des marchés, s’est maintenu autour de 30 points, un niveau élevé.

“Les marchés sont volatils face à cette chaleur d’incertitude qui comprend l’inflation, le degré d’agression de la Fed qui doit être pompé et comment tout cela affectera la croissance et la chaîne d’approvisionnement”, a commenté Art Hogan de la sécurité nationale.

Préliminaire aux chiffres officiels de l’emploi aux Etats-Unis pour le mois d’avril qui seront publiés vendredi, l’enquête ADP sur le secteur privé a déçu : les entreprises du secteur privé ont créé 247.000 emplois, un chiffre légèrement inférieur aux attentes des analystes (390.000).

“La reprise du marché du travail a montré des signes de ralentissement en avril alors que l’économie se rapprochait du plein emploi”, a déclaré Nela Richardson, économiste en chef chez ADP.

Le taux de chômage de 3,6 % en mars devrait rester stable en avril, selon les analystes de Briefing.com.

Le département du Commerce a également annoncé un déficit commercial record en mars en raison d’une demande intérieure soutenue, qui a déclenché une obligation à l’importation.

La saison des résultats des entreprises a suivi son cours et “la bonne nouvelle, c’est qu’en général ce ne sont pas les résultats qui font la correction” de la Bourse, s’est félicité Art Hogan.

La plateforme de location de logements Airbnb a relevé sa caution de 8% à 156 dollars. Elle a dépassé ses prévisions de ventes pour le deuxième trimestre et a pu réduire considérablement ses pertes au premier trimestre.

Starbucks s’est également emparé de 7% à 79 dollars. Le géant américain du café est venu compenser la forte baisse de son activité en Chine au premier trimestre par un contrecoup aux Etats-Unis, où il veut accentuer le développement du point de vente “drive-in”, où les clients sont servis. dans leurs véhicules.

Le titre du fabricant du vaccin anti-Covid, Moderna, a avancé de 0,84 % à 147 dollars. Le laboratoire a annoncé un bénéfice trimestriel plus important que prévu avec des ventes de 5,93 milliards de dollars pour son vaccin anti-Covid, son seul produit.

Uber, le spécialiste de la location de voitures avec chauffeur et de la livraison de repas, a plongé de plus de 9% à 26,80 dollars malgré un doublement de son chiffre d’affaires au premier trimestre, aidé par une hausse de ses tarifs. Uber est toujours à perte mais est en bonne voie pour poursuivre sa croissance au 2ème trimestre.

Le titre a également été remporté par la chute de l’action de son rival Lyft qui a plongé de 33% à 20 dollars. Le groupe a enregistré une perte plus importante que prévu au premier trimestre et a indiqué qu’il devrait investir davantage pour redynamiser sa flotte de chauffeurs.

Nasdaq

Leave a Comment