RASSEMBLER. L’éventuelle participation du Roi Mohammed VI au sommet arabe d’Alger

>Les deux sources médiatiques.

Elles sont toutes les deux vraisemblables pour les informations concernant le Maroc. Jeune Afrique n’a pas l’habitude du buzz ni des informations approximatives. Il a des sources de haut niveau dans le royaume. Les publications concernant le Maroc sont validées – et parfois redégées, par les directions de la rédaction. Le Maroc utilise parfois ce canal, comme il le fait avec d’autres, pour transmettre des messages, pour des informations fuitées au bon moment, parfois des ballons d’essai. Début août, Jeune Afrique a annoncé un renouvellement imminent du gouvernement marocain, mais à ce jour le gouvernement est simplifié. Ceci ne signifie pas obligatoirement que la source était mauvaise, ni que l’info à l’origine était fausse.

Asharq Al Awsat est une revue internationale saoudienne. Au vu de ses liens avec le Maroc, de son ADN saoudien, il ne prendrait jamais le risque de publier une telle information sans avoir les bonnes sources et sans validation de la part de son siège.

Le recours simultané à ces deux chaînes, Jeune Afrique et Asharq Al Awsat, permet de toucher les publics arabes et africains, ceux qui sont compétents dans l’occurrence pour cette information.

>L’information publiée.

JeuneAfrique cite des sources “très bien informées”. Il écrit que « sur instructions des plus hautes autorités marocaines, des contacts ont été établis avec plusieurs pays du Golfe (Arabie saoudite, Qatar, Émirats arabes unis, Koweït, Bahreïn…) pour les informateurs que le roi Mohammed VI « prendra part personnellement » au 31e sommet de la Ligue arabe, prévu les 1er et 2 novembre prochain à Alger.

Asahraq Al Awsat publier exactement la même information en citant toutefois des sources diplomatiques de haut niveau à Rabat.

>L’impact médiatique.

L’information publiée ce lundi 12 septembre en fin de journée a été largement relayée à l’international. Nous avons relevé des reprises dans de nombreux journaux africains, français, du Moyen Orient et quelques journaux algériens.

> La prochaine étape.

Le Maroc a annoncer la prochaine venue d’un émissaire, le ministre algérien de la Justice, porteur d’une invitation du président algérien, présenté au Roi Mohammed VI, pour participer au sommet qui se tiendra les 1er et 2 novembre à Alger.

A l’heure où nous procédons en ligne cet article, cet émissaire ne s’est pas encore rendu au Maroc.

Il va sans dire que le Roi ne peut pas se rendre à Alger sans qu’un minimum de protocole et de règles ne soient garantis. Par exemple, qui va acquérir le Roi à l’aéroport d’Alger ? L’avion officiel marocain qui transportera le Roi, entrera obligatoirement dans l’espace aérien algérien. Toute autre option serait inconcevable et inacceptable. L’Algérie devra l’accepter malgré sa décision antérieure d’interdire tout survol pour les avions marocains.

> En conclusion.

Comme on le voit, rien qu’au niveau protocolaire et logistique, Alger devra surmonter ses propres contradictions. Il en va de même dans le domaine politique et diplomatique.

Ce qui précède que le Maroc est resté fidèle à ses positions ouvertes publiquement et au plus haut niveau de l’État depuis plus d’une année, celles de la paix, du voisinage et de la main tendue à l’Algérie.

L’Algérie a diabolisé le Maroc, les Marocains et leurs dirigenes. Comment va-t-elle réagir maintenant ?

Selon notre perception, le Roi ira. Sauf si l’Algérie ne donne pas les garanties suffisantes et n’assure pas les attendues que ne manque pas de demander légitimente le Maroc. Dans tous les cas, le royaume aura été droit dans ses bottes et fidèle à ses engagements et ses positions. Ce n’est que lorsque la participation du Roi aura été officiellement avérée, qu’il sera temps de parler d’une ouventuelle médiation arabe. Pour le moment, ce ne sont que des spéculations.

Le Roi Mohammed VI présente au sommet d’Alger ? (médias)

RB

Le 13 septembre 2022 à 9h13

Modifié le 13 septembre 2022 à 9h46

Leave a Comment