Risma : le taux d’occupation devrait encore s’améliorer au second semestre

Le chiffre d’affaires du groupe a plus que doublé à fin juin. Le taux d’occupation s’élève à 44 % et devrait encore progresser au second semestre, du fait de l’excellente saison estivale. La valeur recèle du potentiel et demeure un point d’entrée intéressant au cours actuel. La rentabilité devrait revenir en 2023, grâce à l’assainissement du portefeuille et à la normalisation progressive des revenus.

Au premier semestre, le groupe hôtelier a connu une forte progression de ses indicateurs de performance. Risma un fils vu chiffre d’affaires progresse de 110% par rapport à fin juin 2021 pour atteindre 427 MDH. Le groupe a également considérablement amélioré son taux d’occupation global, en hausse de 16 points à 44% au premier trimestre.

Cette forte progression provient notamment d’un bon effet rattrapage anticipatif en 2022, après deux années (2020 et 2021) fortement impactées par la crise sanitaire et la fermeture des frontières. Cette amélioration, attendue par les analystes, devrait durer dans le temps.

Une progression en ligne et un taux d’occupation supérieur attendu au S2

Depuis le début de l’année, l’industrie touristique affiche des indicateurs en forte reprise. D’après les chiffres fin juin, présentés par la Direction des études et des entreprises financières (DEPF), concernant les indicateurs touristiques, le nombre d’arrivées et de nuitées progresse respectivement de 303,4% et 128,9% en glissement annuel. Et ce, malgré une fermeture des frontières qui n’a pris fin que le 7 février 2022.

“La situation s’est nettement améliorée en termes de recettes touristiques, de reprise du trafic aérien, nous nous attendons donc à une forte progression des chiffres d’affaires de Risma. Pour le moment, le taux d’occupation du groupe à fin juin sélève à 44 %, sachant que durant le S1, un mois a été largement affecté par la fermeture des frontières”, nous explique une source de la place.

Durant le second semestre, le taux d’occupation affilée par le groupe devrait s’améliorer, notamment grâce à un effet de rattrapage et de saisonnalité. En effet, le troisième trimestre compte les mois de juillet et août qui ont été particulièrement dynamiques. Les deux mois d’été devraient naturellement contribuer très positivement à l’amélioration du taux d’occupation. L’engouement estival a été très fort, et il est même possible que sur l’unique T3-2022, les taux d’occupation de ceux qui ont observé avant la crise”, notez notre interlocuteur. Précisions qu’à fin juillet déjà, les recettes touristiques s’affichaient à 36 MMDHun niveau trois fois supérieur à celui enregistré fin juillet 2021. Cela devrait naturellement se traduire par une forte progression de l’activité et de l’occupation chez Risma”, poursuivre notre source.

A noter que dans sa dernière note sur la valeur, la société d’études CFG Bank a anticipé pour 2022 un taux d’occupation de 50% et un chiffre d’affaires attendu de 838 MDH, soit une augmentation de 60% par rapport à l’année 2021.

Un retour aux bénéfices dès 2023

Malgré ces bons indicateurs, l’année 2022 devrait se terminer dans le rouge, toutefois dans des proportions moindres que l’année 2021. D’après la société de recherche, un déficit de 50 MDH est attendu cette année contre une perte de 172 MDH l’an dernier.

Grâce à un asainissement du portefeuille effectué depuis plusieurs années et une croissance constante des revenus, avec un taux de croissance annuel moyen de plus de 25% sur la période 2021-2025, la rentabilité du groupe ne cessera de groître et repassera dans le vert d’ ici l’an prochain. Notons que ces perspectives restent tributaires de l’évolution de la situation sanitaire.

En bourse, le groupe a largement surperformé le marché avec une croissance de près de 7% à 117 dirhams par action, tandis que MASI a affiché une baisse de 9% YTD. Le cours devrait logiquement progresser en bourse du fait des bonnes perspectives du secteur et demeure un point d’entrée intéressant pour les investisseurs du fait du bon potentiel de la valeur. Les investisseurs tablent sur une récupération de l’activité et une normalisation progressive des indicateurs”, explique notre source, en soulignant la situation sanitaire favorable actuellement.

D’après la dernière note de CFG Bank, le cours cible est fixé à 150 dirhams, présentant une hausse de 28% par rapport au cours à l’ouverture de la session du 14 septembre.

Source : medias24.com

Leave a Comment