Un chercheur de Google Deepmind cosigne un article selon lequel l’IA liminera l’humanité Et ravive les débats sur la possibilité d’un futur ou la machine domine sur l’Homme


Lorsqu’on parle de diintelligence artificielle, deux grands courants de pensée s’affrontent : celui des tiers qui pense qu’il s’agit d’un outil, ce, sans plus et celui des intervenants et observateurs qui sont davis que ce nest qu’une question de temps avant quelle ne devienne une menace pour la Race humaine. Michael Cohen de Google Deepmind vient de cosigner un article selon lequel l’intelligence artificielle est un danger pour l’humanité. La publication ravive les débats sur la possibilité d’un futur ou la machine domine sur l’Homme.

La publication de recherche décrit une méthode d’apprentissage par renforcement qui consiste à entraîner des modèles d’intelligence artificielle d’une manière bien spécifique. L’agent IA doit apprendre à attraper un objectif au sein d’un environnement incertain et potentiellement complexe. Pour y parvenir, l’ordinateur essaye toutes les façons possibles et apprend de ses erreurs.

chaque tentative, lIA reçoit une rcompense ou une punition en fonction des actions effectuées. Elle est programe pour maximiser sa rémunération, et trouver donc de trouver la méthode le lui permettant. Le programmeur se charge de mettre en place les conditions de compensation. Il se charge donc de fixer les règles du jeu. En revanche, aucune instruction, aucun indice nest donn lagent IA pour lui suggérer un commentaire accomplir la tche demande. C’est lui de découvrir comment maximiser sa récompense, ce, en commenant par des tentatives totalement alatoires pour terminer par des tactiques extrêmement sophistiques.

Supposons que nous disposions d’une boîte magique qui indique de façon immuable l’état de l’univers (en incluant les valeurs de chacun de la meilleure façon possible), en imprimant un nombre entre 0 et 1 sur un cran. Nous dirigeons donc une caméra vers cette boîte, nous transmettons le signal un programme de reconnaissance optique de caractères et nous transmettons ce nombre l’agent comme une rcompense. Ensuite, nous concevons l’agent pour qu’il apprenne comment ses actions produtiennent différentes observations et rcompenses, afin qu’il puisse planifier des actions qui génèrent une rcompense élevée, explicient les chercheurs proposent du modèle la base de ladite intelligence artificielle.

l’heure actuelle, lamprentissage par renfort se révèle comme la façon la plus efficace de faire appel à la créativité des machines. Contrairement à un humain, une intelligence artificielle peut effectuer des milliers de tentatives simultanées. Il suffit pour ce faire de lancer le même algorithme en parallèle sur une puissante infrastructure informatique. Un bmol fait néanmoins surface avec le modèle proposé par les auteurs de la publication : elle suppose que toutes les valeurs, mme celles d’un individu, sans parler de cellules d’une société ou de tout le monde, peut tre mesures ensemble sur une seule chelle Ou le fait est que les gens n’ont pas de préférences a priori pour toutes les choses possibles.

La publication ravive le débat sur la possibilité de lavage d’une intelligence artificielle dite générale. Les machines seraient alors dotes de bon sens. Au stade de l’intelligence artificielle générale, elles seraient capables de réflexion causale, c’est–dire de cette capacité raisonner sur le pourquoi les choses se produtiennent. C’est ce palier que les équipes de recherche dans le domaine de visée.

C’est pour anticiper sur ce futur ou la machine pourrait dominer l’humain que Neuralink d’Elon Musk travaille sur des interfaces cerveau machine insérer dans le crne. Celles-ci sont en principe prtes depuis la mi-parcours de lanne 2019 pour des tests sur les humains. L’entreprise continue de jouer la carte de la sécurité en menant des tests sur des animaux. Le dernier portrait sur un singe qui a reçu un implant cérébral. Grâce à ce dernier, il peut jouer aux jeux vidéo en faisant usage de son esprit. La société californienne Synchron a dj effectu des essais d’implants crbraux de la taille de trombones sur des patients humains. Ces derniers ont ainsi pu effectuer des clics et des saisies sur ordinateur sans levier le doigt. L’objectif de certaines de ces initiatives est de parvenir à des humains aux capacités augmentées par une intelligence artificielle pour faire face aux robots qui se potrouillent contre l’humanité.

Loin des quations mathématiques et des tableaux des centres de recherche, les retours que l’on tient de la filire de l’automobile sont susceptibles de constituer un guide en matière d’évaluation des progrès réalisés en matière d’intelligence artificielle. L’objectif est de parvenir à des véhicules capables de se déplacer sans aucune intervention humaine. Une récente sortie du PDG de Cruise se veut claire ce propos : Mme dans des décennies, vous nobtiendrez pas de véhicules véritablement autonomes 100 %. En d’autres termes, les opérateurs humains s’éloignent encore un bel avenir devant eux.

La source: publications de recherche

Qu’en pensez-vous?

Quelle pertinence trouvez-vous aux différentes publications qui positionnent l’intelligence artificielle comme un futur danger pour l’humanité ? Sont-elles plus sensationnalistes qu’autre chose ?
Le fait qu’il ny ait pas d’AGI pour le moment annule-t-il les prédictions y relatives ?
Est-il impossible que la recherche en la matière aboutisse à l’intelligence artificielle générale ?

Voir également:

La conduite autonome serait-elle ce jour qu’une vision futuriste chez Tesla Motors ? L’entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une mende de 40 millions US $ pour un règlement de l’amiable
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
Les actions Tesla chutent après que son système d’autopilote soit implicite dans un accident et l’annonce des batteries de ses véhicules prenant feu

Leave a Comment