Wall Street termine en hausse, achats à bon compte après la tempête

La Bourse de New York a terminé en hausse et a bénéficié d’achats de bons comptes après une journée noire mardi, au cours d’une séance bien orientés par un nouvel indicateur d’inflation qui a montré une légère baisse des prix aux Etats-Unis.

Le Dow Jones a gagné 0,10 %, l’indice Nasdaq a gagné 0,74 % et l’indice plus large S&P 500 a gagné 0,34 %.

Wall Street mis presque toute la session à se décider et évoluait encore en ordre dispersé à quelques minutes de la clôture, avant de partir franchement dans le vert.

« On a évolué dans des marges reserrées, autour de l’équilibre, car nous étions en phase de digestion », a résumé Jay Hatfield, gérant du fonds ICAP ETF. « C’est une journée classique après un gros dérapage. »

La place new-yorkaise a vécu mardi l’une de ses pires journées de l’année, le Nasdaq a perdu le quatrième plus important total de points de son histoire, après la publication de l’indice des prix CPI, plus élevé que prévu.

« L’histoire nous dit que de tels décrochages sur une journée se révèlent être des opportunités d’achats » a déclaré George Smith, de LPL Financial.

En effet, les investisseurs ont acheté mardi certaines des valeurs les plus abusées, notamment Tesla (+3,59%), Amazon (+1,36%), Netflix (+2,75%) et Apple (+0,96%).

Intenables mardi, les taux obligatoires se sont stabilisés. Le rendement des emprunts d’État américains à dix ans était simplifié, à 3,40 %.

L’indice VIX, qui mesure la réaliser du marché, s’est légèrement replié, autre signe d’accalmie.

Pour autant, l’appétit pour le risque, qui avait soufflé sur Wall Street avant le coup d’arrêt de mardi, n’est pas complètement revenu et certains des blessés de la veille ont encore été attacés, en premier lieu Meta (-1 ,08% à 151,47 dollars), tombé à un nouveau plus bas depuis le début de la pandémie de coronavirus, en mars 2020.

Le secteur des cryptomonnaies restait lui aussi en berne, au diapason du bitcoin, qui a perdu plus de 10% depuis lundi.

Le spécialiste des paiements Block, très investi dans la chaîne de blocs (« blockchain »), technologie sur laquelle sont construites les cryptomonnaies, a été boudé (-1,47 %), tout comme Riot Blockchain (-0,92 %).

Les investisseurs ont salué la publication de l’indice PPI des prix de production, ou prix de gros, qui a diminué de 0,1 % sur un mois en août, comme prévu, alors même que l’indice hors alimentation et énergie a lui diminué de 0,4 %, plus que prévu (0,3%).

« Ces données ne changeront rien à la décision de la Fed (banque centrale américaine) la semaine prochaine », a commenté Ian Shepherdson, de Pantheon Macroeconomics, dans une note.

Les opérateurs voient toujours une hausse de 0,75 point de pourcentage du taux directeur de la Fed lors de cette réunion, mais accorde de plus en plus de crédit au scénario d’un relèvement de 1,75 point, voire même 2 points de pourcentage, d’ici la fin de l’année, contre 1,50 point jusqu’ici.

Un mauvais a commencé à se lever sur les compagnies ferroviaires à deux jours d’une échéance cruciale, qui pourrait déboucher sur une grève massive d’une partie du personnel roulant. CSX (-1,05%), Canadien National (-0,50%) et Union Pacific (-3,69%) faisain ainsi marche arrière.

Le blocus du fret aux Etats-Unis pourrait lourdement handicaper les activités de nombreux secteurs, notamment ceux issus des mines comme Freeport-McMoRan (-3,29%) ou US Steel (-8,63%).

De son côté, Starbucks a été recherché (+5,53 % à 92,70 dollars) après le relèvement, mardi, de ses espoirs de croissance sur la période 2023-2025. La chaîne de cafés table désormais sur une fourchette de 7 à 9 % de hausse annuelle de son chiffre d’affaires à périmètre comparable, contre 4 à 5 % jusqu’ici.

La décision du câblo-opérateur Comcast de doubler son enveloppe dédiée aux rachats d’actions, à 20 milliards de dollars, a été saluée par le marché new-yorkais (+3,02% à 34,47 dollars).

Nasdaq

Leave a Comment